Partir à la rencontre des maires de France pour faire un état des lieux des ressources dans les communes. 

Le projet global

La raison d’être

Comprendre. En posant des questions, interroger l’implicite, pousser la curiosité, favoriser les rencontres.

L’histoire du premier pas

Au commencement, il y avait un questionnement : Que se passe-t-il concrètement dans nos communes ? Pour tenter d’y répondre, un parisien a pris son vélo en avril 2019 et est allé interviewer 64 maires tirés au sort dans un département sur la gestion des ressources et l’implication des habitants au niveau de la commune. De cette étude de terrain est sortie une synthèse, qui, bien qu’elle fût réalisée dans un seul département, semblait avoir des correspondances dans de nombreux autres départements. L’idée a alors émergé de s’inspirer de cette étude citoyenne pour outiller les citoyens et s’intéresser à la réalité de nos communes, partout en France.

Les valeurs

L’écoute. La démarche n’a pas pour objectif de sensibiliser ni même de convaincre les personnes interviewées. L’objectif premier est d’être à l’écoute, afin de recueillir un témoignage le plus vrai possible, le moins biaisé par l’interviewer.

Si par la suite, l’occasion se présente de revoir les personnes interviewées pour « discuter » ou « proposer des solutions », libre à vous. Mais pas pendant l’étude.

Votre mission

Quoi ? Interviewer des maires tirés au sort afin de réaliser un état des lieux des ressources dans les communes de France.

Pourquoi ? Parce qu’il n’y a rien de mieux que d’être sur place pour comprendre la réalité locale, votre contribution est primordiale. Partir sur le terrain de votre choix, de quelques jours à quelques semaines, pour vous forger votre propre avis sur la question.

Comment ? Équipé.e du questionnaire, d’une liste de communes et de votre motivation, vous pourrez partir à la rencontre des élus à vélo, à pied ou même à cheval !

Quand ? Partez entre maintenant et la fin du mois d’aout 2020, dès demain ou dès que vous vous sentez prêt.e. Vous êtes libre de faire ces interviews quand vous le souhaitez, l’une après l’autre ou étalées dans le temps. 

Avec qui ? Jamais seul.e ! Pour vous soutenir en amont, pendant et après le périple, une communauté d’acteurs du changement incluant ceux qui, comme vous, partent à la rencontre des territoires.

Je me lance !

Vous vous sentez l’âme d’un explor’acteur.actrice ?! Rejoignez l’aventure, indiquez-nous le territoire que vous souhaitez explorer et votre date de départ ! -> Pour s’inscrire c’est par ici !

Par où commencer ?

Terrain d’étude : Décider du périmètre de l’étude. La commune, l’intercommunalité, le département, la région ? Dans le doute, choisir le périmètre le plus petit, il sera toujours possible de l’étendre. Vous choisissez le nombre de communes que vous souhaitez interviewer et le périmètre et on vous envoie une liste de noms tirés au sort.

Choix des questions : Les questions de l’étude initiale sont une bonne base. Il est même encouragé de les utiliser tel-quel, car elles sont le résultat d’un long travail de sélection, de reformulation et de mise en pratique. Si vous souhaitez aborder de nouveaux thèmes, il est très important de s’assurer auprès de sociologues que les questions ne sont pas biaisées.

Prise de rendez-vous : C’est un processus qui prend du temps, ne surtout pas s’y prendre à la dernière minute. Les élus acceptent le plus souvent de répondre aux questions, mais il faut prendre rendez-vous. Envoyez un email de demande à la mairie, puis appelez. Ne pas hésiter à relancer régulièrement afin d’obtenir un rendez-vous en cas d’absence de réponse.

Choix de l’hébergement : Dormir chez l’habitant est une chance unique de rencontrer la réalité d’un territoire. L’expérience est d’autant plus riche quand rien n’est prévu et que les hôtes se proposent au fur et à mesure du périple, voire le jour même. La tente reste une alternative certes moins confortable mais plus sécurisante. Les réseaux CouchSurfing et WarmShower sont des solutions de simplicité, mais ne permettant de rencontrer que certains types de personnes.

Centraliser les réponses : A la fin de votre périple, vous n’aurez qu’à nous envoyer la transcription des entretiens avec les élus. Nous vous demanderons aussi d’y ajouter ce que vous avez appris, découvert, réalisé… en un mot la synthèse de votre périple, aussi bien sur le fond que sur la forme. 

Choix du moyen de transport : Le vélo a pour avantage d’être très peu couteux, rapide et d’avoir un « capital sympathie » très important facilitant les rencontres. Mais la marche à pied, le cheval, le stop ou tout autre mode de transport adapté aux distances et aux objectifs fixés feront l’affaire.

Investissement nécessaire : Le périple initial a coûté 1 500€ pour trois mois, en prenant en compte l’achat du vélo d’occasion et tout le périple. Le fait d’être hébergé chez l’habitant réduit drastiquement les frais, car très souvent vous serez aussi invité à diner (et à petit déjeuner). Une fois le matériel acheté (ou emprunté), vous n’aurez qu’à payer pour les repas du midi (si on ne vous invite pas). Nous pouvons vous mettre en lien avec nos partenaires pour vous aider à vous équiper à moindre frais.

– Anonymat : Nous vous demandons de garder anonyme les réponses des élus. Cela permet une plus grande liberté dans les échanges, en se libérant légèrement de leurs objectifs électoraux et de communication, mais force à une grande prudence dans la gestion des réponses.

Utilisation du nom « La Route en Communes »

Si vous respectez les valeurs, la raison d’être et les éléments exprimés dans de documents, vous pouvez utiliser le nom de « La Route en Communes ». Merci de nous tenir informés si vous le faites.

Des questions subsistent ? Vous pouvez consulter la FAQ du projet !