A une semaine de la remise du plan de bataille de Jean-Louis Borloo au Président de la République, construit à partir de la dynamique des États Généraux de la Politique de la Ville, et de leur prochaine étape à Paris le 26 avril, nous sommes atterrés devant le maintien de décisions absurdes du gouvernement, notamment le plus grand plan de licenciement jamais entrepris dans notre pays, avec la suppression (sans concertation ou étude d’impacts) des 370 000 contrats d’utilité sociale – dits contrats aidés. A titre de comparaison, le plan social de Carrefour représente 2 000 emplois.

 

370 000 personnes, dont le métier était d’aider les autres, sont aujourd’hui niés dans leur existence-même.

Que pourront dire Djibril et Véronique – passeurs de culture dans l’association Décider à Grigny – à leurs enfants, leurs familles, leurs amis, lorsque dans quelques mois leur seul horizon ressemblera au Pôle Emploi et au RSA ?

Que va dire Kim de la Laverie Sociale de Chanteloup-les-Vignes aux habitants qui ne pourront plus bénéficier des services que rendaient ce centre social ?

Comment seront organisés les 500 matchs de football du week-end prochain en Seine-Saint-Denis sans les contrats aidés des clubs sportifs ?

Comment expliquer aux familles de nos plus fragiles que les activités dans les EHPAD ne seront plus maintenues par manque de personnel ?

Comment faire comprendre aux parents dont les enfants veulent faire du soutien scolaire que la seule solution qu’on pourra leur proposer viendra de sociétés privées?

 

Ces contrats d’utilité sociale avaient notamment comme mission d’accompagner les jeunes dans les quartiers. Outre la fierté que ces emplois confiaient aux bénéficiaires, ils permettaient de structurer la vie sociale, sportive, culturelle, éducative de nos territoires. Comme l’ont précisés les rapporteurs Marie-Georges Buffet et Pierre-Alain Raphan dans leur rapport sur les emplois aidés, « la disparition des emplois aidés a pour conséquence directe l’arrêt de certaines activités » : les associations accusent une « perte de plus d’un milliard d’euros en deux ans ».

 

Six mois après l’Appel de Grigny, alors que des centaines d’associations et d’élus se sont mobilisés pour mettre en avant des solutions, pour proposer des alternatives, pour imaginer un autre avenir pour nos quartiers, nous voulons que le 26 avril, où plus d’un millier d’acteurs sont déjà mobilisés, soit la première étape de la reconstruction du Plan Banlieues. Ne faisons pas de cette grande mobilisation nationale fraternelle la journée du désespoir !

Halte à ce plan de casse humaine !

 

Pour participer aux Etats Généraux de la Ville, Chapitre 5 « Agissons pour nos Quartiers ! », cliquez ici et rendez-vous le 26 avril à 14h au Gymnase Jean Jaurès (Paris XIX) !