Portée par la commune de Courcy (Grand Reims) et la SCIC Alliance Sens & Économie, l’ancienne base aérienne 112, devient la « Microville 112 ». Ce projet va revitaliser la zone fermée par l’armée en 2012 et en faire un lieu d’innovations et d’expérimentations, une ville inclusive et intelligente, une vitrine du co-développement territorial. Le Zèbre FRAVEILLANCE y trouve toute sa place avec l’ouverture d’une Maison des Monoparents.

Plusieurs dizaines de candidats ont répondu à l’Appel à Manifestation d’intérêt. La candidature de FRAVEILLANCE a fait l’objet d’une double évaluation : par un comité citoyen (piloté par la Mairie de Courcy) et par un comité d’experts (présidé par l’Alliance Sens & Economie). Avec ces deux avis favorables, La Maison des Monoparents a été finalement retenu par le comité de sélection, composé de représentants des acteurs clefs du territoire (collectivités, entreprises, université, Etat…) et présidé par la Mairie de Courcy.

La Maison des Monoparents, est un habitat partagé (colocation, coliving…), pensé par et pour les familles monoparentales. Composé d’espaces privatifs et communs, elle intègre des activités de solidarité type crèche à horaires décalés, centre d’animation, coworking.

Pour ce projet, il s’agit de convertir un bâtiment existant pour créer un petit immeuble de logements accessibles aux parents solos avec de faibles revenus. La Maison des Monoparents s’inscrit toujours dans un contexte environnemental et une logique durable, en accordant une place prépondérante à la pérennité des bâtiments et à leur capacité à accompagner l’évolution des usages qu’ils accueillent.

Selon les organisateurs de l’AMI La Maison des Monoparents est « un projet exemplaire et original qui s’inscrit parfaitement dans la mise en place de nouveaux usages pour les anciens bâtiments : porteurs de valeurs humaines et économiquement viables et pérennes. »

Le projet est lancé dès le 24 mai, des nouvelles visites techniques du chantier et l’occasion de rencontrer les autres lauréats pour créer des synergies.